18 Aristotele Metafisica 12 6 Il tempo non pu veni

TheMummichogblog è un partecipante al Amazon Services LLC Associates programma, un programma di affiliazione pubblicitario progettato per fornire un mezzo per siti per guadagnare tariffe pubblicitarie con la pubblicità e il link al amazon.com. Amazon, il logo di Amazon, AmazonSupply, e il logo AmazonSupply sono marchi di Amazon.com, Inc. o delle sue affiliate.

https://amzn.to/3nPQmzH
——

18 Aristote, Métaphysique 12. 6: « Le temps ne peut entrer en être ou cesser d’être; si le temps n’existait pas, il
ne pouvait être avant et après.
Philo, le Juif alexandrin du temps de saint Paul, soutient que le temps a été créé avec le cosmos (De
opificio mundi 26). Plusieurs premiers chrétiens disent la même chose, y compris Ambrose. Plotin (3. 9. 8. 1 ff.) Dit
que la question de savoir pourquoi le Créateur crée est demandé par des gens qui partons du principe que ce qui est toujours eu
un commencement dans le temps. Comme Augustin, Plotin pense le temps ne précède pas le cosmos (3. 7. 12. 23, comme
Platon, Timée 38b6).
19 Plotin (3.7. 1. 1-13) fait observer que nous pensons que nous savons à quelle heure est jusqu’à ce que nous commençons à penser
en profondeur. La discussion d’Augustin de temps contient de nombreux échos de débats philosophiques entre platoniciens,
Aristotéliciens et stoïciens, mais il est remarquable par son affinité avec la Sceptique ou la position « académique » que pour
l’esprit humain, la question est sans réplique. Au moins Augustin ne répond pas. Sa question est
caractéristique moins philosophique que religieux: quel sens pouvons-nous faire du chaos de l’histoire et la
apparente insignifiance des événements successifs? Entre les expériences passées et à venir l’humanité ce qu’il veut
appeler une distension, d’un étirage sur un rack. Par conséquent, il reprend la suggestion de Aristodc (Physique 4. 14)
le temps est une expérience de l’âme, mais donne cette idée un nouveau développement en voyant la « mémoire » comme cardinal
la compréhension du temps.
20 L’argument reflète les débats plus âgés dans les écoles philosophiques, par exemple que si le temps peut-être pas correctement
divisé en passé, présent et futur, alors que son indivisibilité reste une option en direct. Sextus Empiricus
(Contours de Pyrrhonisme 3. 143-5) conserve des résumés des arguments Skeptical que toutes les discussions de
fin de temps dans un non-sens, de sorte que rien ne peut être connu pour certains à cet égard.
21 Voir ci-dessous, XI. XXIXe (39) sur la « distraction de la multiplicité » inhérente à la pensée sur le passé, le présent,
et l’avenir, quand la réalité de l’éternité est dans le présent simultanéité.
22 Comme Plotin (4. 4. 12. 28-32), Augustin permet l’interprétation de prescience du
avenir perspectives inspirées dans le sens des événements plutôt que d’une extase mantique avec la suspension de la raison.
De l’avis de 23 Augustin était prévu par les stoïciens.
24 Augustin désamorce les critiques chrétiens qui peuvent penser ses enquêtes abstruses à distance de son bon
tâche de l’exégèse biblique, et invoque la médiation du Christ grand prêtre qui donne accès à la
Les mystères du Père.
25 Plotin (3. 7. 8. 19.8) rejette également ce point de vue. L’opinion se trouve à St-Basile. Mais
Augustin peut avoir dans le Timée (39 cd) de l’esprit de Platon qui était disponible dans la version latine de Cicéron.
De nombreux écrivains anciens, de l’auteur de la Genèse 1: 14 partir, constaté que nos années, mois, et
jours sont basés sur le cycle des corps célestes. Mais l’argument d’Augustin est que aucun indice sur la nature
le temps peut être dérivée de cela, ou du mouvement d’un corps physique. Le temps est pas identique à la
unités par lequel nous mesurons ordinairement.
26 Plotin (3. 7. 12. 34) a la même illustration.
27 Plotin 3. 7. 11. 41 (tr. Armstrong) parle du temps comme « un étalement (diastasis) de la vie … la vie de
l’âme dans un mouvement de passage d’un mode de vie à l’autre. Ce texte peut avoir influencé
Augustin matriçage du terme dislenlio. Mais chez Augustin cette expérience psychologique de la diffusion
de l’âme dans successivité et dans des directions diverses est une expérience douloureuse et anxieuse, afin qu’il puisse
parler de salut comme la délivrance de temps (cf. ci-dessus, ix. iv (10)). Le thème est développé ci-dessous,
en particulier dans xi. XXIXe (39) où la langue de St Paul sur « étiré » (Ph 3. 13) devient lié
avec la pensée de Plotin (6. 6. 1.5) que la multiplicité est une chute de l’un et « étendu dans un
diffusion’.
28 l’hymne du soir Ambrose.
29 Plotin (3. 7. 11): Le temps est le passage de l’âme d’un état de la vie à l’autre, et ne sort pas du
âme.
30 Voir ci-dessus XI. xxvi (33).
31 l’image d’Augustin du processus historique est celui d’une rivière qui coule ou cours d’eau, avec beaucoup d’orage

https://amzn.to/3nPQmzH
——

18 Aristoteles, Metafysika 12. 6: “Tiid kin net komme ta stân of ophâlde te wêzen; as de tiid net bestean, dêr
koe wêze no foar en nei. ‘
Farina, de Aleksandrynske joad fan St Paul syn tiid, ûnderhâldt dy tiid waard makke mei de kosmos (De
opificio Mundi 26). Ferskate iere kristenen sizze itselde, wêrûnder Ambrosius. Plotinus (3. 9. 8. 1 ff.) Seit
dat de fraach wêrom’t de Skepper skept wurdt frege troch de minsken dy’t oannommen dat dat wat altyd wurdt hie
in begjin op ‘e tiid. Lykas Augustinus, Plotinus tinkt de tiid net antedate ‘e kosmos (3. 7. 12. 23; as
Plato, Timaeus 38b6).
19 Plotinus (3.7. 1. 1-13) stelt dat wy tinke dat wy witte hoe let is oant wy begjinne te tinken oer it
in djipte. Augustinus syn besprek fan de tiid befettet in soad echo fan filosofyske debatten ûnder Platonisy,
Aristotelians, en stoïsy, mar is opmerklik foar syn affiniteit mei de Skeptical of ‘Academic’ posysje dy’t foar
de minsklike geast de fraach is unanswerable. Teminsten Augustinus hat gjin antwurd is. Syn fraach is
rol minder filosofyske as religieuze: hokker sin kin wy meitsje fan ‘e gaos fan de skiednis en de
skynbere meaninglessness fan opienfolgjende eveneminten? Tusken ferline en takomst minsklikheid ûnderfiningen wat er wol
neame in distending, in dat rûn út op in rek. Dêrom er pakt Aristodc syn suggestje (natuerkunde 4. 14) dat
tiid is in ûnderfining fan ‘e siel, mar jout dit idee in nije ûntwikkeling troch derop’ geheugen ‘as kardinaal oan
it begryp fan ‘e tiid.
20 It argumint belanget allinich âldere debatten yn de filosofyske skoallen, bgl dat as tiid Kin net goed wêze
ûnderferdield yn ferline, oanwêzich, en takomst, dan allinnich har ûndielberheid bliuwt in live opsje. Sekstus empiricus
(Kontouren of Pyrrhonism 3. 143-5) behâldt gearfettings fan de Skeptical arguminten dat alle besprekkings fan
tiid ein in ûnsin, sadat neat wurde kin bekend foar bepaalde yn dat ferbân.
21 Sjoch hjirûnder, XI. AckerStratingh, I bl (39) op de ynherinte ‘ôflieding fan yndividuele en maatskiplike’ yn tinken oer ferline, oanwêzich,
en takomst, doe’t de realiteit fan ‘e ivichheid is simultaneity yn de oanwêzich.
22 Like Plotinus (4. 4. 12. 28-32), Augustinus soarget foar de útlis fan it fore-kennis fan ‘e
takomst as inspired ynsjoch yn ‘e betsjutting fan’ e foarfallen yn stee fan in mantic dronkenens mei útsluting fan it ferstân.
23 Augustinus syn sicht waard antisipearre troch de stoïsy.
24 Augustinus forestalls kristlike kritisy dy’t meie tinke syn abstruse inquiries ôfstân fan syn goede
taak fan bibelske Exegesis, en invokes de bemiddeling fan Kristus de hege-preester, dy’t jout tagong ta de
Heit syn riedsels.
25 Plotinus (3. 7. 8. 8-19) allyksa fersmyt dizze werjefte. It advys is te finen yn St Basil. Mar
Augustinus meie hawwe foar eagen Plato Timaeus (39 cd) dat beskikber yn Cicero syn Latyn ferzje.
Tal fan âlde skriuwers, fan de skriuwer fan Genesis 1: 14 ôf, waarnommen dat ús jierren, moannen, en
dagen binne basearre op de syklus fan de himelske lichems. Mar Augustinus syn argumint is dat gjin helpmiddel oer it aard fan
tiid kin ôflaat wurde út dit, of út ‘e beweging fan in fysike lichem. Tiid is net deselde as de
ienheden by dêr’t wy reguliere mjitten is.
26 Plotinus (3. 7. 12. 34) hat deselde yllustraasje.
27 Plotinus 3. 7. 11. 41 (tr. Armstrong) sprekt fan tiid as ‘a wreidet út (diastasis) fan it libben … it libben fan
de siel yn in beweging fan de passaazje fan ien wei fan it libben oan in oar ‘. Dizze tekst kin beynfloede
Augustinus, coining fan de term dislenlio. Mar yn Augustinus dizze psychologyske ûnderfining fan de wreidet
út fan ‘e siel yn successiveness en yn útienrinnende rjochtings is in pynlik en benaud ûnderfining, sadat er kin
sprekke fan heil as ferlossing fan de tiid (cf. boppe, IX. iv (10)). It tema is ûntwikkele hjirûnder,
foaral yn xi. AckerStratingh, I bl (39) dêr’t St Paul syn taal oer ‘wurdt spand’ (Fil. 3: 13) rekket ferbûn
mei de gedachte fan Plotinus (6. 6. 1.5) dat mearfâldichheid is in fallende út de Ien en is ‘trochlutsen yn in
ferstruien ‘.
28 Ambrose fan jûn hymne.
29 Plotinus (3. 7. 11): Tiid is de siel fan it foarbygean fan de iene steat fan it libben oan in oar, en is net bûten de
siel.
30 Sjoch boppe XI. lit him maklik bigripe (33).
31 Augustinus syn byld fan ‘e histoaryske proses is dat fan in streamend rivier of rivieren, mei in protte stoarmeftige

Amazon e il logo di Amazon sono marchi di Amazon.com, Inc., o delle sue affiliate.